samedi 16 février 2008

VEHICULE DU DERNIER VOYAGE



Le Corbillard

" Par des temps de brouillard, de vent froid et de pluie,
Quand l'azur a vêtu comme un manteau de suie,
Fêtes des anges noirs ! dans l'après-midi, tard,
Comme il est douloureux de voir un corbillard,
Traîné par des chevaux funèbres, en automne,
S'en aller cahotant au chemin monotone,
Là-bas vers quelque gris cimetière perdu,
Qui lui-même, comme un grand mort, gît étendu ! ...













... L'on salue, et l'on est pensif au son des cloches
Elégiaquement dénonçant les approches
D'un après-midi tel aux rêves du trépas.
Alors nous croyons voir, ralentissant nos pas,
A travers des jardins rouillés de feuilles mortes,
Pendant que le vent tord des crêpes à nos portes,
Sortir de nos maisons, comme des coeurs en deuil,
Notre propre cadavre enclos dans le cercueil."


Émile Nelligan





3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bon voyage, vraiment tres confortable dernier voyage!
:)))

Gosia a dit…

Merci :) moi c'est pas encore, mais qui sait, peut-etre..

marc a dit…

J'aime ton travail....